Maroc
Le 19/08/2013
Pourquoi choisissent-ils de quitter le Maroc ?
Maroc
Les faits : Beaucoup de personnes quittent leur pays pour aller se réfugier dans un autre : on les appelle les migrants. Ces migrations ne sont pas un phénomène nouveau.
Pourquoi choisissent-ils de quitter le Maroc ?

Parmi les Marocains restants dans le pays, 42% souhaiterait prendre le large selon une enquête réalisée par l’agence européenne ETF en collaboration avec l’Association marocaine d’études et de recherches sur la migration (AMERM).
Il semble que les motivations des nationaux à quitter le territoire soient très variées. La première raison est essentiellement économique : le migrant pèse les avantages et les inconvénients, les coûts et les bénéfices et va là où les salaires sont les plus élevés. Il choisit le pays qui lui offre les meilleures conditions et, éventuellement, il déménage ailleurs lorsqu’il apparaît qu’il a fait le mauvais choix.
Après la cause économique vient un autre facteur d’attraction : l'image de la réussite sociale que renvoie l'immigré de retour au pays pendant ses vacances annuelles et ses récits dosés de mythomanie.
Cette image conforte l’idée que certains se font de l’Occident, cet Eldorado (comme ils l’appellent), largement médiatisée par la télévision. La décision d’émigrer devient alors une véritable affaire de famille. Dans ce cas, ce n’est pas l’individu qui fait le choix de partir, mais sa famille, qui veut échapper à l’incertitude financière. «Mon père est parti travailler en Amérique et envoyait une bonne partie de son salaire pour que nous puissions vivre “à l’aise”, ma mère, mes sœurs et moi. C’était le temps d’avoir assez d’argent pour nous acheter une maison. Mais il est décédé là-bas avant de pouvoir réaliser son projet», se souvient douloureusement Badr.
Pour d’autres encore, les phénomènes de migration sont liés à l’action des pays industrialisés qui ont besoin de main-d’œuvre et qui vont la chercher là où elle est disponible. Ce qui est vrai de ces quelques métiers qui demandent de fortes compétences l’est aussi et surtout des métiers peu qualifiés. En effet, il y a des métiers que les habitants des pays développés ne veulent plus exercer et qui sont cependant nécessaires. «J’ai la passion du social. J’ai toujours voulu m’occuper des personnes âgées. Au Maroc, ce métier n’est pas très valorisé, voire peu répandu et surtout mal payé. En France, la demande est importante et on n’exige pas forcément d’avoir fait de grandes études. J’ai juste voulu faire le métier qui me passionne depuis toujours», affirme Alae.
D’autres émigrent pour une meilleure prise en charge sociale et une couverture médicale. «Dans la famille, nous portons tous des lunettes, ce qui représente déjà une lourde charge, car la mutuelle ne rembourse pas grand-chose. Mais l’élément déclencheur de notre départ a été l’entrée en dialyse de mon époux. Il nous fallait absolument une bonne couverture», témoigne Malika.
Enfin, il y a bien sûr les étudiants qui souhaitent valider leur cursus à l’étranger. «Mon père m’a envoyé chez un oncle en France. J’avais alors douze ans. Je ne parlais pas très bien français et l’adaptation n’a pas été facile… J’ai dû redoubler plusieurs fois. Mais aujourd’hui, j’ai un diplôme en poche !», raconte Mohamed.
 

Où se concentrent essentiellement les MRE ?

 

On sait maintenant quelles raisons poussent nos concitoyens à quitter le territoire, mais où vont-ils ? Selon le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, qui intervenait en mai dernier devant la Chambre des conseillers, 80% des MRE se répartissent entre la France, l'Espagne, l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne.
En effet, historiquement, la France a toujours été la première terre d’accueil des Marocains. Selon le rapport du ministère des MRE sur l’année 2012, 1 146 652 Marocains y ont élu domicile. Vient ensuite l’Espagne, la terre des «nordistes», qui en compte 671 669, puis l’Italie (486 558), la Belgique (297 919), les Pays-Bas (264 909), l’Allemagne (125 954) et un peu plus en bas du classement, l’Angleterre (26 191).
Bien que les Marocains se concentrent essentiellement en Europe, on en retrouve aussi quelques-uns outre-Atlantique, comme aux États-Unis, où ils sont 33 047. Le Canada a lui aussi la cote et comptabilise pour sa part 53 707 Marocains. Mais pour certains, il n’est pas nécessaire de traverser la mer quand on peut se rendre chez le voisin. Ainsi, l’Algérie et la Tunisie totalisent respectivement 45 451 et 30 635 MRE.
Si ces destinations ne choquent personne, il en est d’autres qui peuvent surprendre. En effet, aujourd’hui les Marocains cherchent l’Eldorado ailleurs et s’orientent vers des destinations peu fréquentées auparavant, comme les pays d’Asie et d’Océanie, mais aussi l’Afrique du Sud.
 

De l’illusion à la désillusion

 

L’émigration est un projet économique coûteux. C’est pourquoi les candidats à l’émigration s’efforcent de mobiliser tous les moyens familiaux en vue de réaliser ce projet. Des prêts ou des hypothèques sont parfois souscrits par le candidat lui-même ou ses parents. D’autres vendent des bijoux de famille, du bétail ou s’endettent.
Mais de l’autre côté de l’Atlantique, ou de la Méditerranée, l’Eldorado ne reste qu’utopie. Ce qui explique en partie pourquoi certains d’entre eux acceptent d’occuper des travaux pénibles et socialement indésirables par les autochtones ; leur première préoccupation étant de rembourser les dettes accumulées.
Certains même sont amenés aujourd’hui à rentrer chez eux après dix ou vingt ans de résidence, voire plus. Pourquoi ? Tout simplement parce que les écarts de salaire entre leur pays d’accueil et leur terre natale ont diminué ou que le coût de la vie dépasse leurs moyens.
 

Qui sont ces migrants ?

 

Les gens ont tendance à associer émigration et pauvreté. Et puis dans la tête de certains, émigration rime directement avec clandestinité. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas de profil type à un candidat à l’émigration.
Certains de ces émigrés sont même tout à fait qualifiés. «17% de cette communauté ont un niveau bac+5», précisait le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, à la Chambre des conseillers en mai dernier.
En un mot, des compétences que les pays développés recherchent. Ils se tournent donc vers des pays qui offrent les revenus les plus élevés aux travailleurs les plus qualifiés, les salaires les plus importants et les taux d’imposition les plus faibles, comme la Grande-Bretagne, les États-Unis.
Les ouvriers les moins qualifiés rechercheront pour leur part un pays où s’installer dans lequel les salaires minimums sont élevés et les prestations sociales importantes. Ce qui est le cas des pays comme la France, l’Allemagne ou encore la Suède.
En ce qui concerne l’âge des migrants, «70% d’entre eux seraient âgés de moins de 45 ans», avait déclaré la même source.
 

Décryptage

 
• De 1 850 à 1 913, 50 millions d’Européens ont quitté l’Europe pour s’installer dans le «Nouveau Monde». À la fin du 19e siècle, un million d’Européens partaient chaque année pour l’Amérique. Les Marocains n’échappent, bien sûr, pas à cette règle puisqu’ils seraient aujourd’hui quelque 4,5 millions à représenter le Maroc en dehors des frontières (hors illégaux et non immatriculés) contre 1,7 million en 1998. Quelles raisons poussent ces MRE à quitter le sol marocain ? Vers quels pays préfèrent-ils émigrer ? Qui sont réellement ces migrants ?

Auteur : 
Priscilla Maingre, LE MATIN, le 12 Août 2013 -
Au fil de l'actualité
+Récent
+Lus
Culture
Le: 09/05/2017
44 Visites
La chronique de RBN
Le: 25/04/2017
81 Visites
Actualité
Le: 09/04/2017
115 Visites
Maroc
Le: 31/03/2017
122 Visites
Culture
Le: 26/03/2017
146 Visites
Maroc
Le: 10/03/2017
207 Visites
Actualité
Le: 31/12/2016
369 Visites
Maroc
Le: 20/12/2016
515 Visites
Maroc
Le: 17/11/2016
545 Visites
Maroc
Le: 05/09/2016
539 Visites
Maroc
Le: 03/09/2016
684 Visites
Maroc
Le: 05/08/2016
680 Visites
Maroc
Le: 10/07/2016
728 Visites
Culture
Le: 03/07/2016
738 Visites
Culture
Le: 23/06/2016
766 Visites
Maroc
Le: 22/06/2016
627 Visites
Maroc
Le: 01/06/2016
771 Visites
Maroc
Le: 23/04/2016
946 Visites
Maroc
Le: 03/02/2016
1 Visite
Sport
Le: 11/01/2016
1 Visite
Actualité
Le: 02/01/2016
1 Visite
La chronique de RBN
Le: 01/02/2013
7,411 Visites
Maroc
Le: 16/07/2014
5,914 Visites
Québec
Le: 11/03/2013
5,549 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
5,416 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
5,341 Visites
Maroc
Le: 23/09/2012
5,135 Visites
Sport
Le: 02/05/2012
4,642 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
4,513 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
4,510 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
4,451 Visites
Sport
Le: 27/10/2011
4,305 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
4,251 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
4,095 Visites
Culture
Le: 02/07/2013
4,064 Visites
Sport
Le: 04/12/2013
4,004 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
3,954 Visites
Sport
Le: 29/10/2012
3,849 Visites
Culture
Le: 09/12/2012
3,725 Visites
Actualité
Le: 23/09/2012
3,692 Visites
Sport
Le: 11/12/2011
3,578 Visites
Maroc
Le: 04/04/2014
3,556 Visites
Maroc
Le: 26/11/2012
3,523 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
3,479 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,453 Visites
Maroc
Le: 26/01/2013
3,340 Visites
Sport
Le: 04/06/2012
3,268 Visites
Culture
Le: 03/05/2013
3,267 Visites
Sport
Le: 27/10/2011
3,258 Visites
Actualité
Le: 27/11/2012
3,164 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
3,146 Visites
Maroc
Le: 24/12/2012
3,058 Visites
Actualité
Le: 18/03/2013
3,034 Visites
Québec
Le: 09/02/2013
3,009 Visites
Maroc
Le: 11/10/2015
3,007 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,004 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
2,971 Visites
Québec
Le: 16/01/2013
2,941 Visites
Québec
Le: 17/12/2012
2,923 Visites
Maroc
Le: 01/04/2013
2,850 Visites
Question du Jour

Pensez-vous que la 3ème guerre mondiale, c'est pour bientôt?

Pages




Copyright © 2012 Maroc-Québec. All rights reserved.