Maroc
Le 06/03/2015
Les nouvelles du Maroc (février 2015)
Maroc
Comme chaque mois, l’actualité au Maroc, en février, a été riche mais un peu triste puisqu’il y a trois personnalités qui nous ont quittés.

La revue de presse de Février 2015 propose les sujets suivants :
1--Agrumes: La clémentine marocaine superstar du marché canadien;
2--Démantèlement d'un réseau de recrutement de femmes pour Daech à Melilla;
3--Conférence internationale sur “Islam et lutte contre le terrorisme”;
4— Le Maroc, rempart contre l’intolérance?;
5--L’aéroport de Casablanca est classé 4e pire aéroport au monde. Marrakech pointe à la 9e (pire) place?
6--50% de Marocains présentent un trouble mental?
7--Plus de 39.400 personnes en situation d'extrême précarité dans la région de Casablanca en 2014?
8--“Chaibia, la paysanne des arts”, un film retraçant le portrait de la célèbre artiste peintre?
9—Décès de 3 personnalités marquantes de la chanson et du sport marocains : Mohamed El Gourch, Haj Bouzoubaa et Ammouri M’Barek?
10--La FRMF va saisir le Tribunal arbitral du sport pour contester les sanctions de la CAF?

 
1--Agrumes: La clémentine marocaine superstar du marché canadien

 

«Le fruit bonbon de l’hiver !» C’est en ces termes élogieux que les importateurs canadiens parlent de la clémentine du Maroc. Selon les représentants de l’association québécoise de la distribution des fruits et légumes, le consommateur canadien en raffole. Il n’y a ainsi pas une semaine depuis le début de la commercialisation du produit où le fruit n’est pas en promotion ou en spécial. Pour certaines chaînes de distribution le fruit est même parfois vendu comme produit d’appel pour attirer la clientèle.
Il est ainsi très souvent dans les circulaires hebdomadaires des magasin distribuées à des milliers d’exemplaires. C’est dire l’engouement pour l’origine Maroc et sa notoriété. Chez Metro, la porte-parole de la grande surface, Geneviève Grégoire, ne cache pas que l’origine Maroc est la préférée de la chaîne.
La représentante avance que la clémentine marocaine constitue 90% des importations du genre de l’entreprise.. Aujourd’hui, de l’avis d’Alexandre Monette, directeur des ventes chez Courchesne Larose, «la clémentine marocaine a redoré son blason».
La saison actuelle s’est en effet distinguée par un regain d’intérêt chez le consommateur final et visiblement c’est le satisfecit chez les importateurs canadiens. Ces derniers disent reconnaître les efforts entrepris par les institutionnels et professionnels marocains pour répondre à leurs attentes. «La principale exigence est surtout en termes de goût et de présentation du fruit», précise Alexandre Monette. Les attributs liés au packaging et au design global du contenant sont en effet suivis de très près.
«Les chaînes de distribution ont aussi d’autres impératifs complémentaires en termes de palettisation, d’emballages et de timing», poursuit l’importateur. Pour lui, si la qualité gustative du produit et la présentation en termes de packaging sont maintenues et renforcées, il y a bien des chances pour que la demande se développe. Déjà selon lui, les prémices de développement à court terme se font sentir. A noter que le marché canadien importe annuellement, toutes variétés confondues 57.000 tonnes par an d’agrumes marocains dont 30.000 tonnes de clémentines fines.
Mais ces volumes sont en baisse en cette campagne 2014-2015 compte tenu d’un démarrage tardif des expéditions et de la désaffectation de certains clients du produit Maroc, explique Abdel-Krim Ouguellit, manager du groupement Fresh Fruit. La qualité gustative du produit lors de la campagne 2013-2014, en deçà de l’image du produit Maroc, est particulièrement en cause. Aujourd’hui, la baisse enregistrée en termes de volume est estimée à 30% comparativement aux années précédentes.
Un recul qui a profité à l’Espagne et la Californie, explique l’exportateur marocain. La valeur des importations d’agrumes du Canada enregistrées entre 2010 à 2014 montre que la perte de parts de marché est bien plus importante. Selon les chiffres communiqués par Statistiques Canada et le Bureau du recensement des États-Unis, la baisse de la valeur des importations de l’origine Maroc a chuté de 33% sur les cinq dernières années. La valeur des importations de l’origine espagnole s’est par contre multipliée par cinq au cours de la même période.
--------------Source :Malika Alami, Aujourdhui.ma | 28-02-2015, Montréal

 
2--Démantèlement d'un réseau de recrutement de femmes pour Daech à Melilla

 

L'Espagne a annoncé mardi 24 février 2015 avoir démantelé un réseau de recrutement de jeunes femmes pour le compte de Daech, notamment via Facebook, et arrêté 4 personnes dont deux à Melilla.
Ces derniers "sont les responsables de la création et l'administration de plusieurs plateformes internet par le biais desquelles ils diffusaient tout type de matériel de propagande" en particulier pour le groupe Etat islamique (EI), affirme le ministère de l'Intérieur espagnol. Ils organisaient "des réunions privées à domicile" pour recruter les volontaires et les endoctriner.
"Sur Facebook aussi, ils disposaient d'une multitude d'abonnés à l'extérieur de l'Espagne" a noté la garde civile espagnole qui tente en ce moment d'établir les liens entre ces deux personnes et les autres, arrêtées dans les provinces de Gérone et Barcelone (nord-est).
--
------------Source : La Vie éco, 2015-02-24

 
3--Conférence internationale sur “Islam et lutte contre le terrorisme”

 
Les participants à la conférence internationale "Islam et lutte contre le terrorisme" ont adopté, mercredi à la Mecque, une déclaration préconisant une série de réformes, englobant divers secteurs, notamment, social, éducatif et de gouvernance.
Dans cette déclaration, les participants ont appelé à des réformes basées sur les principes et valeurs de l'Islam, des réformes qui préservent la dignité humaine, répondent aux aspirations populaires, prennent en compte les droits et devoirs des citoyens et préservent l'unité des musulmans.
La déclaration appelle également à lutter contre la corruption, le chômage, et la pauvreté, et à revoir les programmes éducatifs ainsi que le discours religieux en vue d'une approche plus modérée et à œuvrer au renforcement des institutions religieuses et judiciaires.
Les participants se sont également prononcés pour le renforcement de "la solidarité islamique sous toutes ses formes et manifestations" et "l'intégration entre les pays musulmans".
Ils ont, par ailleurs, appelé les oulémas à veiller à la préservation de l'identité de la Oumma islamique, à s'engager dans la sensibilisation pour préserver l'Islam, et à prodiguer leurs conseils pour corriger les conceptions erronées et diffuser les vraies valeurs de la religion.
La déclaration invite, en outre, les médias dans le monde islamique à promouvoir l'unité nationale et religieuse, à faire face aux appels à la sédition et au sectarisme et à véhiculer les véritables valeurs de l'Islam.
Les médias sont également appelés à cesser de diffuser les images négatives et contraires à l'Islam et à ses principes, à s'abstenir de faire la promotion du terrorisme en diffusant ses messages et les opinions déviantes et trompeuses.
La déclaration appelle, par ailleurs, la jeunesse à avoir confiance dans les oulémas, à leur demander conseil, à se méfier de ceux qui prétendent maîtriser les enseignements de l'Islam et à ne pas se laisser entraîner par les slogans qui n'ont rien à voir ni avec le saint Coran ni avec la Sounna.
Elle engage également les jeunes à s'armer de patience, à prendre en compte les enseignements de l'Islam concernant leur quête du changement, à emprunter les voies légales et à tirer les leçons des expériences passées.
A l'adresse de l'opinion internationale, la déclaration rappelle que l'extrémisme est un phénomène mondial, que le terrorisme n'a ni religion ni nation, et qu'accuser l'Islam de ce fléau que le Coran réfute est une injustice, soulignant que la lutte contre le terrorisme ne doit pas être conduite contre l'Islam mais en coopération avec les pays islamiques.
La conférence "Islam et lutte contre le terrorisme" a été organisée par l'ONG saoudienne "la Ligue du monde islamique".
Elle a réuni plusieurs oulémas, penseurs et universitaires de nombreux pays, dont le Maroc, pour débattre, notamment, de la "définition du terrorisme à travers la Charia et la vision internationale" ainsi que de la question de "l'instrumentalisation de la religion dans le terrorisme".

---------------Source : MAP, Vendredi 27 Février 2015

 
4— Le Maroc, rempart contre l’intolérance ?

 

Le Maroc entreprend depuis plusieurs années de se positionner en champion de l’islam dit « modéré », pour asseoir son rôle de médiateur au Sahel et en Afrique de l’ouest.
Mbarka Bouaida, ministre déléguée aux Affaires étrangères, a conduit la délégation marocaine au sommet de la Maison Blanche sur la lutte contre l’extrémisme violent qui s’est tenu du 18 au 20 février à Washington.
L’occasion de confirmer un positionnement diplomatique de longue date, par lequel Rabat essaie de se mettre aux avant-postes de l’islam dit « du milieu », ou de la tolérance, pour mieux servir d’intermédiaire dans la pacification du Sahel, et ainsi étendre sa sphère d’influence via la carte religieuse.
A Washington, Mbarka Bouaida a notamment rappelé le lancement en 2005 de l’Initiative nationale du développement humain (INDH) et la gestion marocaine du champ religieux, en vantant « la centralité du rôle de l’institution de la Commanderie des croyants », notamment « pour garantir les services religieux aux citoyens, loin de toute récupération idéologique », allant même jusqu’à évoquer « la formation continue des jeunes imams et des « morchidates », ainsi que la rationalisation, la réhabilitation et la modernisation de l’enseignement traditionnel ».
Et dans le sommet de Washington, organisé la semaine dernière en réaction au contexte international dominé par de nombreuses crises liées à l’extrémisme religieux (l’État islamique en Syrie, en Irak et en Libye, Boko Haram au Nigeria, Aqmi au Sahel…), le Maroc a pu voir le point d’orgue de la stratégie diplomatique qu’il applique depuis plusieurs années.
Ainsi, en juillet 2013, le Maroc a profité de la réception de l’Envoyé spécial de l’Union européenne pour le Sahel, M. Reyverand de Menthon, pour se positionner sur le créneau de l’islam dit modéré
Une idée également développée en septembre 2013 devant les députés européens à Strasbourg, par une délégation de parlementaires qui ont mis en avant ce que « le Maroc est en train de construire dans la région, en tant que pays arabo-musulman démocratique et intégrant plusieurs civilisations. (…) Un rôle qui fait du Maroc un modèle de développement politique et économique singulier et qui offre des éléments de réponses aux problématiques d’absolutisme et d’intolérance posées dans les autres pays arabes et musulmans.»
--
--
Le Maroc, « trait d’union pour un rapprochement entre l’Europe et l’Afrique » ?
La religion apparait dans les documents confidentiels publiés par Chris Coleman comme un tremplin pour les ambitions diplomatiques du Maroc sur le continent. Ainsi, une note de la direction des affaires africaines au ministère des Affaires étrangères, adressée au ministre [Salaheddine Mezouar] le 22 avril 2013 et intitulée Réflexion sur la stratégie du Maroc à l’égard de l’Afrique, mentionnait « l’instauration d’un dialogue qui vise la protection de l’intégrité religieuse en Afrique de l’Ouest, face à la montée du radicalisme religieux et du chiisme » comme l’un des moyens pour le Maroc de « jouer le rôle de « puissance relais »avec l’Afrique et de trait d’union pour un rapprochement entre l’Europe et l’Afrique ».
Quelques mois plus tard, on retrouve un argumentaire religieux comparable dans la bouche du chef de la diplomatie marocaine lors de sa rencontre avec son homologue britannique William Hague, le 27 novembre 2013, à en croire le compte-rendu de cette rencontre également publié par Chris Coleman :
[Salaheddine Mezouar] a fait part des efforts du Maroc pour contrer les velléités extrémistes par la promotion d’un islam tolérant et ouvert, à l’instar de ce qui se pratiquait au Maroc et traditionnellement dans la région.
Et si la religion n’est pas la seule cartouche de la diplomatie marocaine au Sahel, elle est l’un des moyens qui a permis au royaume de trouver toute sa place à la 5e conférence des donateurs pour le développement du Mali organisée mardi 17 février à Bamako.
--
-----------------Source : Magazine TelQuel, 21 fév. 2015
--

 
5--L’aéroport de Casablanca est classé 4e pire aéroport au monde. Marrakech pointe à la 9e (pire) place

 

Chaque année, le site de réservation de billets d’avion Edreams réalise un classement des meilleurs aéroports au monde. Sans grande surprise, aucun aéroport marocain ne fait partie des préférés des voyageurs. En revanche, deux d’entre eux apparaissent dans le top dix de ceux jugés comme étant les pires au monde.
L’aéroport Mohammed V de Casablanca est ainsi classé 4e pire aéroport au monde. Il s’agitd’un habitué de ce classement annuel. Mais surprise : pour la première fois, Marrakech apparaît aussi dans ce « classement des nuls », à la 9e place.
Ce classement se base sur les notes, les avis et les commentaires de 18 000 internautes. Il ne prend en compte que les aéroports recevant au moins neuf millions de passagers par an et suffisamment d’avis.
Parmi les critiques, les vols de bagages, qui ont d’ailleurs coûté sa place à l’ancien directeur de l’aéroport Mohammed Bahhaj, démis de ses fonctions au début de l’année. Le ministre chargé du Transport avait justifié cette décision par la nécessité de remédier à un fléau qui « donne une image négative aux touristes du Maroc ».
--

 
6--50% de Marocains présentent un trouble mental

 

La santé mentale a toujours posé un problème concernant sa prise en charge, elle a toujours été considérée comme le parent pauvre du secteur de la santé. Très peu de choses ont pu être réalisées dans ce domaine, même si tous les ministres qui se sont succédé à la tête du département de la Santé ont été très sensibles à cette réalité, très pénalisante et choquante pour nombre de nos concitoyens qui présentent des pathologies mentales, souvent peu ou pas prise correctement en charge. Pour cerner les différentes facettes de ce problème de santé publique, le professeur Houcine Louardi à été l’invité de l’émission «Moubacharaten Maakoum» de 2M, du mercredi 4 Février 2015. Rappel des grands moments de cette émission.
La sante mentale est un véritable problème de sante publique. Au Maroc, une personne sur quatre est touchée par la dépression. Un Marocain sur deux présente au moins un signe relevant d'une mauvaise santé mentale, allant du simple tic nerveux à l'état d'anxiété ou à la dépression. C'est ce qui ressort d'une étude relative à la santé mentale. Les résultats de l'enquête qui a été menée auprès de 6.000 personnes âgées de 15 ans ou plus ont révélé que 48,9% de la population enquêtée a connu au moins un trouble mineur psychique au cours de sa vie (insomnie, angoisse, tic nerveux, dépression et autres).
Ces troubles mentaux sont répartis comme suit : il y a les troubles mentaux sévères, 2% de Marocains, soit 600.000 individus qui en souffrent, dont 1% est atteint de schizophrénie et 1% de trouble bipolaire ou maniaco-dépressif, et 26,6% souffrent de dépression, pratiquement le quart de la population.
A côté, il y a toutes les attitudes anormales, telles les comportements suicidaires qui sont de plus en plus nombreux, surtout parmi les jeunes et dont la principale cause est souvent la dépression. Mais il faut aussi savoir que certaines substances nocives peuvent induire des effets néfastes sur la santé des jeunes qui dans bien des cas présentent des addictions à de nombreuses drogues. Aujourd’hui, ce n’est un secret pour personne que de dire que la toxicomanie mine notre jeunesse, en plus de l'abus d'alcool. Le nombre des débits de boissons alcoolisées et de bars est ahurissant, sans oublier les psychotropes, l'héroïne, la cocaïne, le karkoubi, le kif, le diluant et autres poisons qui font en sorte de consolider les souffrances et les pressions que les jeunes sont en train de supporter.
--
Une offre de soins en deçà des besoins
--
Au niveau de l'offre de soins, le nombre des psychiatres avoisine les 350, soit un praticien pour 100.000 habitants, au moment où nos besoins en praticiens sont estimés a 3.000, le nombre de lits est insuffisant et ne dépasse pas les 2.000 unités. Si on prend l'exemple d'une grande ville comme Casablanca qui compte presque 6 millions d'habitants, il y a près de 240 lits pour des milliers de malades, alors que les normes préconisées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans ce cas précis sont de 600 lits Il ne faut pas aussi se leurrer, on ne pourra jamais prétendre avec ces moyens à des soins pour tous les malades mentaux et encore moins à des soins de qualité.
La pratique de la médecine nécessite des femmes et des hommes dotés des moyens suffisants, mais avec autant de carences en matière de personnels et d'infrastructures, il est difficile d'imaginer une prise en charge sérieuse des malades mentaux au Maroc, du moins pour le moment. En attendant, nombreux sont les citoyens qui, faute de ne pas pouvoir bénéficier d'une prise en charge digne de ce nom, s'en remettent aux charlatans (les fkih) ou le maraboutisme (Bouya Omar ..) qui font recette grâce à l'incrédulité et l'ignorance des familles et des malades qui n'hésitent pas à se faire exorciser et gaspiller en même temps un argent fou sans résultat. Et quand cette médecine parallèle échoue, on dira que le mal qui l'habite est plus fort et qu'il faudra aller voir ailleurs...
--
Tous les espoirs sont permis
--
Une lueur d'espoir commence à pointer grâce à la nouvelle stratégie décidée par le ministre de la Santé, le professeur Louardi, qui compte bien remédier aux lacunes grâce notamment au renforcement de l'offre de soins psychiatriques avec la création de plusieurs hôpitaux psychiatriques régionaux. C’est notamment le cas pour les villes de Kenitra et Agadir, mais aussi El Jadida, Khouribga, Khénifra…
L’ouverture de nouveaux centres d'addictologie à Oujda, Tétouan, Tanger, Agadir, Kenitra.
Les choses s'annoncent sous de meilleurs auspices et il est permis de penser que dans les années à venir, le Maroc pourra rattraper le retard que nous avons cumulé dans la prise en charge de la maladie mentale.
--
En conclusion, nous pouvons dire qu’aujourd’hui, avec le nouveau gouvernement, les choses changent en ce qui concerne la santé mentale. Le ministre de la Santé, le professeur Louardi, entend remédier à toutes les lacunes. Il a pris sur lui de procéder au développement des infrastructures psychiatriques, à renforcer les services en ressources humaines (médecins-infirmiers, à doter les établissements psychiatriques en médicaments, des actions qui visent a redorer le blason de santé mentale au Maroc sans oublier bien entendu le regard que porte notre société sur les malades atteints de troubles psychiques.
--
--------Source : Ouardirhi Abdelaziz , Magazine TelQuel, 18 fév. 2015

 
7--Plus de 39.400 personnes en situation d'extrême précarité dans la région de Casablanca en 2014

 

La région de Casablanca comptait en 2014 quelque 39.418 personnes vivant dans l'extrême précarité, selon la carte de précarité régionale de la Capitale économique, présentée jeudi lors d'une réunion présidée par le wali du Grand Casablanca, M. Khalid Safir.
Les catégories vivant dans des conditions de précarité sont constituées de femmes en grande difficulté (33 pc), de personnes âgées sans ressources (57%) et de personnes handicapées (21%).
Selon le chef du pôle des Affaires économiques et sociales à la wilaya, Zine Al Abidine Azhar, la majorité des personnes en situation de précarité sont des analphabètes (72%), alors que 82% d'entre eux sont en chômage et 92,5% exercent dans le secteur informel.
Il a souligné que le programme de lutte contre la précarité au niveau de Casablanca vise à améliorer la prise en charge et favoriser la réinsertion familiale et sociale des populations cibles, à créer les capacités supplémentaires d'accueil là où cela s'avère nécessaire, appuyer les acteurs et les associations intervenant dans le domaine des services aux personnes vulnérables et assurer une prévention efficace en identifiant et en menant toute action apte à juguler le phénomène de précarité.
Ce programme, a-t-il poursuivi, cible 10 catégories de personnes en situation de précarité, à savoir les femmes en situation de grande précarité, les jeunes sans abri et enfants de rue, les ex-détenus sans ressources, les enfants abandonnés, les personnes âgées démunies, les malades mentaux sans abri, les mendiants et vagabonds, les personnes handicapées sans ressources, les malades atteints du VIH sans ressources et les toxicomanes sans ressources.
Il a ajouté que l'INDH est fondée sur une vision globale et intégrée du développement social et humain ayant pour objectif de lutter contre les déficits sociaux qui continuent de sévir dans la société, soulignant que la mise à jour de la carte régionale de précarité a pour objectif de mettre en place un plan à même d'améliorer la qualité des prestations fournies.
Ont notamment pris part à la réunion de présentation de cette carte plusieurs gouverneurs, présidents de conseils élus et représentants de la société civile.

------------Source : MAP, Samedi 28 Février 2015

 
8--“Chaibia, la paysanne des arts”, un film retraçant le portrait de la célèbre artiste peintre

 

Avec son long métrage, “Chaibia, la paysanne des arts”, projeté, dans le cadre de la compétition officielle du long métrage du 16ème Festival national du film de Tanger, le jeune réalisateur Youssef Britel dresse un portrait haut en couleur de l’artiste peintre, icône de l’art naïf au Maroc, feue Chaibia Talal.
Après dix courts-métrages, Youssef Britel a choisi le genre biographique pour son premier long métrage, rendant hommage ainsi, à une personnalité qui a marqué la mémoire collective nationale et qui a contribué à promouvoir l’image du Maroc à l’étranger en exposant ses toiles sur les cimaises des plus prestigieuses galeries du monde.
Le film, coécrit par David Villemin et Youssef Britel, retrace le parcours exceptionnel de cette artiste autodidacte depuis sa naissance en 1929 à Chtouka près d’El Jadida jusqu’à l’apogée de son art en 1986, en passant par les différentes étapes de sa vie. Jeune fille analphabète de la campagne qu’on qualifiait de “mahboula” (folle) en raison de son esprit rêveur, Chaibia se marie à 13 ans avec un vieil homme, et se retrouve veuve après avoir donné naissance à son fils unique El Houcine.
Elle mène ensuite une vie difficile et travaille comme femme de ménage pour subvenir aux besoins de son fils et lui permettre de suivre ses études. A la force de son courage, de sa persévérance et de sa détermination, elle a pu changer son destin et devenir l’une des artistes peintres les plus célèbres du 20ème siècle.

------------Source : MAP, Vendredi 27 Février 2015
--

 
9—Décès de 3 personnalités marquantes de la chanson et du sport marocains : Mohamed El Gourch, Haj Bouzoubaa et Ammouri M’Barek

 

9.1--Le cycliste Mohamed El Gourch, triple vainqueur du Tour du Maroc s’est éteint samedi 21 février. Ses obsèques ont eu lieu le lendemain.
L’ancien champion de cyclisme marocain Mohamed El Gourch est décédé samedi 21 février matin à Casablanca, à 79 ans, suite à une crise cardiaque, selon son entourage. Les obsèques ont eu lieu le lendemain au cimetière Arrahma. Sa famille ainsi que des personnalités sportives et amis du défunt étaient présents pour l’occasion.
Dans un témoignage émouvant à la presse, l’ancien cycliste marocain Mostapha Ennajari, actuellement directeur technique national à la Fédération royale marocaine de cyclisme, a déclaré que le regretté était l’un des « plus grands sportifs dans l’histoire du sport national», ajoutant que Mohamed El Gourch figure parmi les sportifs qui ont porté très haut le drapeau du royaume. Les sportifs et amis du défunt présents ont également souligné que le défunt était un exemple pour tous les cyclistes marocains, rappelant ses différents succès dans des compétitions nationales et internationales.
Mohamed El Gourch, né le 11 janvier 1936 à Casablanca, a marqué le cyclisme marocain grâce à ses performances lors du Tour du Maroc qu’il a remporté à trois reprises en 1960, 1964 et 1965, demeurant ainsi le meilleur performeur dans cette compétition. Sacré champion du Maroc, il a également participé à la Course de la Paix en 4 occasions, entre 1962 et 1975. C’est aussi le premier cycliste marocain à avoir brandi le drapeau national à l’issue d’une compétition internationale. Il avait gagné une étape lors du Tour d’Égypte de cyclisme.
------------Source : MAP
--
9.3--L’icône de la musique et de la chanson amazighe est décédée vendredi 13 février à Casablanca, à 64 ans.
L’artiste amazigh Ammouri Mbarek est mort vendredi 13 février dans une clinique à Casablanca, des suites d’une longue maladie. Compositeur, chanteur et musicien, Ammouri Mbarek est considéré comme une icône de la musique et de la chanson amazighes et comme le rénovateur de la chanson amazighe marocaine.
Né à Irguiten, un petit village situé au pied du Haut Atlas à proximité de Taroudant, Ammouri Mbarek est également connu pour avoir innové et exploré des rythmes traditionnels et modernes, tout au long de son parcours musical. Il a notamment interprété les textes des grands poètes contemporains amazighs, comme Azayko, Moustaoui, ou encore Akhiyyat, dont les thèmes lyriques renforcent l’identité amazighe, et évoquent l’amour, l’errance et l’exil.
Ammouri Mbarek qui a signé un grand succès avec son premier album Tazwit nira nek dim, est également connu pour ses titres Ahyaad et Assnayra yan aykrz.
--
--------Source : magazine TelQuel

 
10--La FRMF va saisir le Tribunal arbitral du sport pour contester les sanctions de la CAF

 

Le Maroc va également saisir la Chambre de commerce international pour ce qui est des sanctions financières.
Le Maroc a décidé de réagir suite aux sanctions décidées à son encontre par la CAF (Confédération africaine de football) en saisissant le Tribunal arbitral du sport (TAS). C’est ce qu’a annoncé Mohamed Makrouf, le porte-parole de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) à la chaîne d’information France 24, le lundi 16 février.
Le TAS est une institution indépendante basée à Lausanne en Suisse et spécialisée dans la résolution des litiges dans le domaine du sport par le biais de l’arbitrage et de la médiation.
Pour ce qui est des sanctions financières, (amende d’un million de dollars et 8,05 million d’euros en réparation des préjudices), la FRMF compte saisir la cour arbitrale de la Chambre de commerce international selon Média 24. L’institution basée en France et spécialisée dans le règlement de litiges commerciaux, permet aux parties de confier la résolution d’un différend à un ou plusieurs arbitres indépendants et impartiaux qu’elles choisissent . «Le recours à l’arbitrage permet de soustraire le litige aux tribunaux, évitant ainsi les délais et lourdeurs du contentieux», lit-on sur le site de la Chambre de commerce international.
Pour rappel, la CAF a décidé de suspendre l’équipe nationale marocaine pour les éditions 2017 et 2019 de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) et a également condamné le royaume au paiement d’une amende « règlementaire » d’un million de dollars (9,48 million de dirhams) ainsi qu’au règlement de « la somme de 8,05 million d’euros [87,3 millions de dirhams]en réparation de l’ensemble des préjudices matériels subis par la CAF et les parties prenantes du fait du désistement survenu ».
M. Abdelilah Benkirane, le chef du gouvernement a rappelé que le Maroc avait «pris une décision souveraine fondée sur la préservation de ses intérêts nationaux», en allusion à la demande du report de l'organisation de la coupe d'Afrique des Nations en raison de l'épidémie Ebola, a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha El Khalfi lors d'un point de presse à l'issue du conseil.
---------Source : magazine TelQuel, 17 fév. 2015

Auteur : 
Radouane Bnou‐nouçair

Réagissez à cet article!

Betta Fish Amoxicillin online pharmacy Viagra Super Active

Cytotec Abortion Buy Online In The Us viagra Cialis E Cocaina Fa Male

Au fil de l'actualité
+Récent
+Lus
Maroc
Le: 09/09/2017
119 Visites
Maroc
Le: 15/08/2017
130 Visites
Actualité
Le: 27/07/2017
203 Visites
La chronique de RBN
Le: 26/07/2017
198 Visites
Québec
Le: 19/07/2017
256 Visites
Maroc
Le: 30/05/2017
408 Visites
Culture
Le: 09/05/2017
2,176 Visites
La chronique de RBN
Le: 25/04/2017
525 Visites
Actualité
Le: 09/04/2017
539 Visites
Maroc
Le: 31/03/2017
484 Visites
Culture
Le: 26/03/2017
552 Visites
Maroc
Le: 10/03/2017
591 Visites
Maroc
Le: 03/09/2016
1 Visite
Maroc
Le: 10/07/2016
1 Visite
Maroc
Le: 22/06/2016
996 Visites
Maroc
Le: 01/06/2016
1 Visite
Maroc
Le: 23/04/2016
1 Visite
Maroc
Le: 03/02/2016
1 Visite
Sport
Le: 27/10/2011
36,580 Visites
La chronique de RBN
Le: 01/02/2013
7,913 Visites
Maroc
Le: 16/07/2014
6,892 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
6,203 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
6,199 Visites
Québec
Le: 11/03/2013
6,156 Visites
Maroc
Le: 23/09/2012
5,698 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
5,315 Visites
Sport
Le: 02/05/2012
5,138 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
5,093 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
5,061 Visites
Sport
Le: 27/10/2011
4,997 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
4,967 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
4,814 Visites
Culture
Le: 02/07/2013
4,687 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
4,671 Visites
Maroc
Le: 04/04/2014
4,560 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
4,559 Visites
Sport
Le: 04/12/2013
4,488 Visites
Sport
Le: 29/10/2012
4,303 Visites
Culture
Le: 09/12/2012
4,211 Visites
Actualité
Le: 23/09/2012
4,128 Visites
Maroc
Le: 11/10/2015
4,107 Visites
Sport
Le: 11/12/2011
4,075 Visites
Maroc
Le: 26/11/2012
4,052 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,904 Visites
Maroc
Le: 26/01/2013
3,821 Visites
Culture
Le: 03/05/2013
3,695 Visites
Sport
Le: 04/06/2012
3,684 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
3,615 Visites
Actualité
Le: 27/11/2012
3,579 Visites
Maroc
Le: 24/12/2012
3,512 Visites
Québec
Le: 09/02/2013
3,476 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,476 Visites
Actualité
Le: 18/03/2013
3,413 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,391 Visites
Québec
Le: 16/01/2013
3,320 Visites
Maroc
Le: 01/04/2013
3,293 Visites
Culture
Le: 04/11/2014
3,255 Visites
Maroc
Le: 04/03/2015
3,223 Visites
Maroc
Le: 17/07/2015
3,132 Visites
Question du Jour

Pensez-vous que la 3ème guerre mondiale, c'est pour bientôt?

Pages




Copyright © 2012 Maroc-Québec. All rights reserved.