Culture
Le 20/01/2014
« 2001, Odyssée de l’espace », un film culte inoubliable
Culture
C’est un des films les plus complexes à analyser car le contenu est très riche. Le film traite de l’évolution de l’homme et de sa condition, depuis l’aube de l’humanité jusqu’au futur.

La rareté et l'importance des dialogues et la finesse des images rendent cette œuvre sensible à plusieurs interprétations. C’est ce qui peut expliquer que, même son réalisateur, Stanley Kubrick, évite d’en donner des explications, laissant chaque spectateur se faire sa propre opinion.
« J'ai essayé de créer une expérience visuelle, qui contourne l'entendement et ses constructions verbales, pour pénétrer directement l'inconscient avec son contenu émotionnel et philosophique. J'ai voulu que le film soit une expérience intensément subjective qui atteigne le spectateur à un niveau profond de conscience, juste comme la musique ; « expliquer » une symphonie de Beethoven, ce serait l'émasculer en érigeant une barrière artificielle entre la conception et l'appréciation.
Quand un film a de la substance ou de la subtilité, on ne peut jamais en parler de manière complète. C'est souvent à côté de la plaque et forcément simpliste. La vérité a trop de facettes pour se résumer en cinq lignes. Généralement, si le travail est bon, rien de ce qu'on en dit n'est pertinent.
Vous êtes libres de vous interroger tant que vous voulez sur le sens philosophique et allégorique du film — et une telle interrogation est une indication qu'il a réussi à amener le public à un niveau avancé — mais je ne veux pas donner une grille de lecture précise pour 2001 que tout spectateur se sentirait obligé de suivre de peur de ne pas en saisir la signification. » (Interview de Stanley Kubrick dans le magazine Playboy, septembre 1968).
Cependant, rien n’empêche d’essayer de faire une analyse qui puisse en faciliter la lecture.
Ce film se divise en plusieurs parties pratiquement indépendantes, récapitulant chacune une période précise de l’histoire de l’humanité.

 

Première partie : la création de l’univers

 

Cette création est décrite par une succession d’images :
Une image noire, pendant quelques secondes, représentant en quelques sortes le néant ;
La lune commençant à décliner et remplacée progressivement par le soleil ;
Une éclipse partielle du soleil ;
Une étendue désertique où rien ne pousse ;
Des buissons et des plantes commençant à pousser ;

 

Deuxième partie : la naissance du monde et l’âge d’innocence

 

Cette partie débute avec l’apparition de la vie animale. Des animaux pacifiques ou prédateurs(Le jaguar qui dévore une proie) et des singes, émanations de l’homme-primitif, vivent en harmonie dans un assourdissant tohu-bohu(cris, gesticulations, déplacements dans tous les sens, etc.).
Les singes, au début, se nourrissaient uniquement de plantes ; ils étaient apparemment végétariens.
C’est l’âge de l’innocence.
 

Troisième partie : l’apparition du monolithe

 

Cette partie s’ouvre sur une grotte sombre où se sont réfugiés des singes affolés. Le réalisateur multiplie les gros plans sur les visages paniqués.
Quand le soleil se lève, un monolithe noir, sous forme de parallélipède, apparait devant la grotte.
En le voyant, les singes s’excitent ; certains sont effrayés, d’autres s’en approchent prudemment. Petit à petit, ils finissent tous par le toucher.
Ce monolithe aurait pu symboliser Dieu mais ce n’est pas le cas car l’existence de Dieu est antérieure à l’apparition du monolithe puisque l’univers a déjà été créé et qu’il y a déjà des êtres vivants.
Ce monolithe représente, en fait, le savoir et la connaissance puisque, juste après l’avoir touché, les singes vont découvrir l’outil.
 

Quatrième partie : L’acquisition du savoir et l’ellipse du temps

 

Riche du savoir acquis grâce au monolithe, un singe s’empare d’un os qu’il manipule, de manière aléatoire, en frappant à répétition jusqu’à fracasser le crane d’un squelette. Il vient de découvrir l’outil qui va l’aider à faire la différence avec les autres êtres vivants. Les premières victimes de cette nouvelle puissance, ce sont les autres animaux et, particulièrement les autres singes qui n’ont pas touché le monolithe.
Les singes deviennent carnivores.
L’outil sera utilisé comme une arme et va permettre au groupe de singes détenteurs du savoir de se débarrasser des autres groupes. L’outil, devenu arme, donne la puissance.
Le singe lance l’os vers le ciel en faisant un mouvement elliptique puis le réalisateur montre un satellite tournant autour de la terre, avec comme fond sonore, la musique du « Beau Danube bleu » de Johann Strauss.
 

Cinquième partie : Le voyage du professeur Floyd vers la lune

 

Cette partie décrit une vision futuriste de l’évolution de l’homme dans l’univers.
L’homme ne voyage plus de ville en ville ou de pays en pays mais aussi entre la terre et la lune, avec une facilité déconcertante. Mais cette évolution s’accompagne d’une détérioration du mode de vie : Le Professeur Floyd a de moins en moins l’occasion de voir sa famille, sauf en vidéo. De plus, la nouvelle façon de manger ou d’aller aux toilettes sont en net recul par rapport aux modes naturels d’antan. De plus, la nourriture est le fruit « d’une cuisine spéciale » et ses origines sont inconnues.
Un secret détenu par le Professeur Floyd fait l’objet de rumeur. En effet, Floyd se rend sur la Lune pour enquêter sur une découverte étonnante gardée secrète : l’équipe de la base de Clavius a relevé dans un cratère la présence d’un monolithe qui émet une puissante onde radioélectrique.
Il s’agit du monolithe qui avait donné le savoir aux singes au début de l’humanité.
Cette présence continue du monolithe illustre la continuité dans le savoir. L’homme évolue constamment en enrichissant ses connaissances.
 

Sixième partie : Le voyage vers Jupiter

 
Cette partie est relativement plus longue que les autres et elle traite une étape importante de l’évolution de l’humanité, celle où l’outil atteint presque la perfection.
En 2001, le vaisseau Discovery One se dirige vers Jupiter. Son équipage est composé de deux astronautes, Dave Bowman et Frank Poole, de trois savants maintenus en hibernation, et d’HAL 9000 (CARL), un ordinateur de bord doté d'une intelligence artificielle.
L’outil, à l’image de l’ordinateur HAL, fait preuve de qualités qui le rendent presque l’égal de l’homme. HAL anticipe les coups de l’adversaire dans le jeu d’échec, il a peur (Il supplie Baumann de ne pas le débrancher). Pire, il complote. C’est ainsi qu’il provoque la mort des 3 scientifiques en hibernation et celle de Poole. Mais il est vaincu par Baumann. La machine, malgré toute la perfection atteinte, ne pourra jamais dépasser son concepteur, l’homme.
 

Septième partie : La naissance d’un homme nouveau

 
Arrivé près de Jupiter, Bowman quitte le Discovery One à bord d'une capsule pour observer un gigantesque monolithe noir en orbite autour de la planète. Il est alors aspiré dans un tunnel coloré et, terrifié, voyage à une grande vitesse à travers l'espace, découvrant d'étranges phénomènes cosmiques et des paysages extraterrestres aux couleurs étonnantes. Et puis soudain, il se retrouve dans une suite de style Louis XVI où il se voit vieillir prématurément. Alité et mourant, il tente de toucher un monolithe noir qui apparaît devant lui. Il renaît alors sous la forme d’un fœtus entouré d'un globe de lumière et est téléporté dans l'espace, près de la Terre.
Mais, en détruisant l’outil, source de sa puissance, l’homme stoppe sa propre évolution. Cette rupture donne naissance à un homme nouveau.
 

Fiche technique

 

•Titre original : 2001: A Space Odyssey
•Réalisation : Stanley Kubrick
•Scénario : Stanley Kubrick et Arthur C. Clarke (d'après deux nouvelles de ce dernier : À l'aube de l'histoire et La Sentinelle)
•Musique (non originale) : Richard Strauss, Johann Strauss fils, György Ligeti et Aram Khatchaturian
•Production : Stanley Kubrick et Victor Lyndon
•Sociétés de production : MGM, Stanley Kubrick Productions et « Polaris »
•Pays d'origine : Royaume-Uni, États-Unis
•Genre : science-fiction
•Durée : 139 minutes
•Dates de sortie : avril 1968
 

Distribution

 
•Keir Dullea: Dr David Bowman
•Gary Lockwood: Dr Frank Poole
•William Sylvester: Dr Heywood R. Floyd
 

Plus qu’un chef d’œuvre, ce film est une œuvre d’art.

 

Auteur : 
Radouane Bnou‐nouçair
Au fil de l'actualité
+Récent
+Lus
Actualité
Le: 30/08/2019
62 Visites
Maroc
Le: 27/06/2019
160 Visites
Québec
Le: 19/05/2019
287 Visites
Maroc
Le: 05/05/2019
318 Visites
Culture
Le: 19/03/2019
427 Visites
Québec
Le: 26/02/2019
505 Visites
Actualité
Le: 19/12/2018
568 Visites
Culture
Le: 15/10/2018
875 Visites
Maroc
Le: 02/08/2018
1 Visite
Culture
Le: 23/04/2018
1 Visite
Québec
Le: 26/03/2018
1 Visite
Québec
Le: 03/01/2018
1 Visite
Québec
Le: 23/12/2017
23,285 Visites
Maroc
Le: 09/09/2017
2,101 Visites
Québec
Le: 19/07/2017
1 Visite
Culture
Le: 09/05/2017
48,601 Visites
Québec
Le: 23/12/2017
23,285 Visites
Maroc
Le: 11/10/2015
11,643 Visites
Maroc
Le: 04/04/2014
11,025 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
10,845 Visites
Maroc
Le: 16/07/2014
10,671 Visites
La chronique de RBN
Le: 01/02/2013
9,542 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
8,809 Visites
Québec
Le: 11/03/2013
8,400 Visites
Maroc
Le: 23/09/2012
8,243 Visites
Culture
Le: 04/11/2014
8,053 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
7,947 Visites
Maroc
Le: 17/07/2015
7,745 Visites
Culture
Le: 02/07/2013
7,618 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
7,486 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
7,443 Visites
Sport
Le: 04/12/2013
6,526 Visites
Sport
Le: 11/12/2011
6,396 Visites
Maroc
Le: 26/01/2013
5,936 Visites
Culture
Le: 09/12/2012
5,897 Visites
Maroc
Le: 26/11/2012
5,784 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
5,751 Visites
Culture
Le: 03/05/2013
5,669 Visites
Maroc
Le: 04/03/2015
5,634 Visites
Culture
Le: 07/05/2017
5,487 Visites
Maroc
Le: 08/01/2017
5,430 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
5,369 Visites
Actualité
Le: 27/11/2012
5,354 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
4,970 Visites
Sport
Le: 11/01/2016
4,909 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
4,832 Visites
Québec
Le: 16/01/2013
4,830 Visites
Culture
Le: 20/11/2015
4,721 Visites
Sport
Le: 26/02/2012
4,250 Visites
Québec
Le: 28/02/2014
4,106 Visites
Maroc
Le: 10/03/2013
4,077 Visites
Sport
Le: 07/05/2014
4,075 Visites
Culture
Le: 09/07/2014
4,071 Visites
Québec
Le: 28/10/2014
4,023 Visites
Newsletter
Question du Jour

Le réchauffement climatique menace la survie de la planète.

Oui
76% (54 votes)
Les scientifiques exagèrent
18% (13 votes)
Non
4% (3 votes)
Aucune idée
1% (1 vote)
Votes totaux : 71

Pages




Copyright © 2012 Maroc-Québec. All rights reserved.